Acutance


L'acutance d'un film est son aptitude à séparer avec un contraste élevé, lors du développement, les détails enregistrés à la prise de vue. Elle dépend de "l'effet de bord" qui est fonction du révélateur employé, de sa dilution et de l'agitation.



Agrandisseur


Il en existe de différents types qui diffèrent par leur source d'éclairage. Nous retiendrons les sources à lumière dirigée (lampe incandescente + condenseur) et lumière diffuse (têtes couleur avec lampe halogène + boîte diffusante) certains cas pouvant être des compromis. Les systèmes à lumière diffuse donnent des résultats plus doux et atténuent certains défauts de surface du négatif. Il est souhaitable de développer son négatif pour un contraste adapté aux conditions de tirage.



Archivage


Le fixage et le lavage déterminent la conservation des épreuves photographiques. Une norme ISO définit la quantité de sels de fixateur (thiosulfates) résiduels sur l'épreuve, autorisant, dans des conditions de stockage précises, une conservation maximale de l'image. Le traitement nécessaire pour arriver à ce résultat est qualifié "Archivage".



Baryté


Appellation des papiers dont le support est constitué de papier (fibres cellulosiques), recouvert de baryte au pouvoir réfléchissant élevé, sur laquelle est étendue l'émulsion.



Brillance de l'image


Une image est dite "brillante" lorsque toutes les valeurs du sujet sont bien restituées avec des noirs profonds mais détaillés et des blancs purs et également détaillés. La brillance ne doit pas être confondue avec un contraste excessif.



Compensateur


Certains révélateurs ont une action compensatrice,- leur activité est limitée dans les zones fortement exposées de l'image. Ils restituent mieux ainsi les sujets à fort contraste. Le développement en bain dilué produit un effet compensateur.



Contraste


Il représente un écart de valeurs, mais plus généralement, la différenciation des diverses valeurs du sujet les unes par rapport aux autres. Chacune des étapes photographiques concourt à modifier le contraste propre du sujet. La réalisation d'une bonne image consiste à maîtriser ces variations.



Couche polyéthylène


Appellation des papiers dont le support est constitué d'une âme en papier recouverte sur ses deux faces d'un mince film de polyéthylène qui le rendent imperméable.



Définition


Il s'agit de l'aptitude d'une émulsion à séparer les détails fins d'un sujet. Elle dépend principalement des caractéristiques optiques du milieu photosensible, c'est-à-dire de la structure physique de l'émulsion.



Densité


Elle représente le degré de noircissement global de l'image. Un tirage trop dense, a toutes ses valeurs trop sombres,- inversement, s'il est trop clair, il l'est dans les mêmes proportions sur l'ensemble de l'image. La densité doit être ajustée par le temps de pose. Une valeur est théoriquement optimale, mais l'interprétation du tireur autorise une certaine latitude.



Dilution + X


La solution concentrée ou la solution standard d'un produit peut être diluée avec de l'eau pour obtenir une concentration adaptée à divers usages. Cette indication sous entend toujours 1 volume du produit à diluer plus X volumes d'eau.



FB


Abréviation de l'Anglais : Fiber base, désigne les papiers à support-fibres aussi appelés barytés.



Fixateur


Les sels d'argent non exploités de l'émulsion sont insolubles dans l'eau. Le fixateur a pour rôle de les solubiliser, afin de permettre leur élimination au lavage. Un film mal fixé a un aspect laiteux; sur les papiers, l'effet d'un fixage insuffisant n'est pas visible immédiatement. Si les sels d'argent sont mal éliminés, ils conduiront à une détérioration de l'image dans le temps, par brunissement; aussi est-il particulièrement important d'effectuer un bon fixage.



Gradation ou grade


Représentation chiffrée arbitraire du contraste d'un papier.



Granulation


La granulation d'un film représente l'impression subjective que donne sa structure microscopique une fois agrandie. Elle dépend de la taille du grain d'argent, de sa structure mais aussi de sa répartition ainsi que des paramètres de tirage (grade, mode d'éclairement de l'agrandisseur).



Inactinique


Caractéristique d'un éclairage de laboratoire à la couleur duquel l'émulsion n'est pas sensible et qui permet de travailler confortablement sans la voiler.



Indice de pose


Voir traitement poussé.



Latitude de pose


Elle représente le niveau de sous-exposition ou de surexposition admissibles pour maintenir une qualité d'image correcte. La latitude de pose diminue avec l'accroissement du contraste, aussi bien du sujet que de l'émulsion. Beaucoup de sujets ont un contraste des valeurs tel que la latitude de pose est nulle. Dans ces cas, un traitement favorisant un plus faible contraste, augmente la latitude.



Lavage


Le lavage élimine sels d'argent et résidus de traitement. De son efficacité dépend la conservation de l'image. Un lavage insuffisant provoque à plus ou moins long terme un jaunissement et un affaiblissement de l'image argentique par sulfuration.



Netteté


La netteté d'une image est produite par l'effet conjugué de la définition du film et de son acutance au développement. Cette caractéristique peut être définie de façon rigoureuse par la fonction de transfert de modulation.



RC


Abréviations de l'Anglais : Resin coated, désigne les papiers à support couché polyéthylène.



Réciprocité (non)


Lorsqu'une surface sensible est utilisée dans des conditions particulières (temps de pose très long ou très courts), le rendement lumineux se trouve diminué (effet SCHWARTSCHILD). Cette perte de sensibilité impose de surévaluer le temps de pose ou l'ouverture dans la relation linéaire classique de ces deux paramètres.



Révélateur


Les révélateurs contiennent des agents développateurs dont le rôle est de rendre visible l'image latente produite par l'exposition, par agrégation d'argent métal sur les cristaux de bromure d'argent insolés. L'activité du révélateur croît avec la durée d'action, la concentration, l'agitation et la température.



Sensibilité ISO ou nominale


Sensibilité normalisée de l'émulsion. Elle détermine la quantité de lumière nécessaire et suffisante pour obtenir dans des conditions normales de développement, une image de bonne qualité.



Solution de réserve


Certains produits en poudre comme BROMOPHEN donnent après dissolution, une solution qui doit être diluée pour l'emploi. Cette solution est alors appelée solution de réserve. Cette appellation s'emploie aussi pour un mélange de produits liquides concentrés (XP 11).



Solution standard


Les produits en poudre doivent être dissous dans l'eau pour obtenir une solution. Lorsque ce produit est destiné à être employé tel sans dilution complémentaire, cette solution est appelée solution standard.



Traitement poussé


Un accroissement de l'activité du développement (durée ou température) permet de renforcer la densité de l'image. Ceci autorise un niveau d'exposition plus faible, c'est-à-dire l'adoption d'un indice de pose supérieur à la sensibilité nominale. Cependant, le traitement poussé modifie d'autres caractéristiques de l'image, notamment le contraste, et ne permet d'obtenir qu'une équivalence. L'indice de pose alors appliqué ne doit pas être confondu avec une sensibilité ISO réelle.



Zone System


Contrôle de l'exposition et du développement en application directe de la sensitométrie visant à maîtriser le rendu des valeurs de l'image. Cette technique décrite et exploitée par le photographe américain Ansel Adams consiste en une mesure précise des valeurs du sujet, un contrôle du traitement du film en relation avec les valeurs mesurées et le résultat recherché pour aboutir à un négatif "standardisé" pouvant être impressionné sur un papier de grade moyen.


Lexique des termes photo